Logo SeaTech

Soutenance de thèse de Anne-Sophie LAPIERRE - Laboratoire CERC



Le Bureau des Études Doctorales a le plaisir de vous informer que

Madame Anne-Sophie LAPIERRE

Doctorante au laboratoire CERC – Centre d’Etudes et de Recherche sur les Contentieux – EA 3164, rattachée à l’école doctorale 461 « Droit et Science politique », sous la direction de Madame Valérie BOUCHARD, Maître de conférences-HDR, soutiendra publiquement sa thèse en vue de l’obtention du doctorat en Sciences Juridiques, sur le thème suivant :

« La motivation du jugement pénal »

Le jeudi 17 décembre 2015 à 09h30 à l’Université de Toulon, UFR Droit, salle n° 319 (3ème étage),

devant un jury composé de :

Résumé :

Au XIXe siècle, l’obligation de motivation du juge, conquête lente et difficile de par son lien fort avec l’autorité de la justice, est présentée comme « une des conquêtes les plus heureuses dans l’administration de la justice ». Instaurée à l’époque révolutionnaire pour lutter contre l’arbitraire, quatre mots satisfont à l’énoncer « il doit être motivé ». Entendue comme la simple justification des mobiles du juge, elle s’appréhende selon une pure logique déductive. Or, divers chamboulements au sein de notre société révèlent les multiples facettes de ce principe. L’influence de la Cour européenne fait sortir la motivation de son carcan procédural où, la simple justification se mue en explication persuasive, pour devenir un acte fort de rhétorique. Parallèlement, la loi perd de sa sacralité. Sa complexité croissante démontre ses limites à une époque où notre société en mutation revendique une justice davantage démocratique. La motivation devient ainsi une condition de légitimité des décisions de justice et un gage de légitimation du juge. Étudiée en matière pénale, elle s’avère particulièrement propice de par son rôle particulier au sein de notre société, invitant notre justice contemporaine à considérer à l’inverse, la nature subjective, relative des émotions. Simple obligation processuelle rattachée aux droits de la défense, la demande de connaissance démontre l’émergence d’une obligation autonome qui, tiraillée entre technique rédactionnelle et outil politico-social, pousse notre réflexion sur la place de la justice pénale. Apparaissant en crise, ce principe, loin de s’amenuiser, ne s’avère être que le miroir d’une justice pénale nécessitant d’être redéfinie.



Université de Toulon - http://www.univ-tln.fr/Soutenance-de-these-de-Anne-Sophie-LAPIERRE-Laboratoire-CERC.html - comweb@univ-tln.fr