Logo SeaTech

Mélanie Chéron : la santé dans le droit chemin



Major de promotion du master 2 Droit et Gestion des personnes du secteur sanitaire et social de l’Université de Toulon, Mélanie Chéron se rêvait pourtant pharmacienne. À 26 ans, elle vient d’intégrer la Direction des affaires médicales de l’hôpital Sainte-Musse de Toulon.

La première fois que nous avons vu Mélanie, c’était en décembre dernier. Elle était assise au milieu d’une marée humaine, incognito, toute de noir vêtue. Élégante, comme beaucoup d’autres ce soir-là. Une écharpe rouge habillait son cou. Comme pour une poignée d’entre eux.

Major de la promotion Master 2 Droit et Gestion des personnes du secteur sanitaire et social de l’Université de Toulon, la jeune femme a dû descendre les marches de l’amphithéâtre de la Faculté de droit sous les regards et les applaudissements nourris des étudiants, des enseignants et des personnalités toulonnaises venus à la soirée des lauréats. Près de 400 personnes.

« C’est assez intimidant, souffle-t-elle encore aujourd’hui. En montant sur l’estrade, on est accueilli par le doyen de la Faculté de droit et par deux professeurs de notre promotion. Pour moi, c’était le directeur de l’hôpital Sainte-Musse et un directeur adjoint. Mais cela ne dure qu’un instant. On a à peine le temps de recevoir son diplôme que l’on doit déjà redescendre les marches. C’est une reconnaissance et un petit moment à part que je garderais longtemps en mémoire ! ».

Pour Mélanie, l’instant s’est un peu plus suspendu au temps que pour ses camarades. Au bas de l’escalier, nous avons remarqué que Michel Perrot, directeur du centre hospitalier intercommunal Toulon – La Seyne (CHITS), prenait le temps d’échanger quelques mots avec elle. Etait-ce un signe avant coureur ? Les prémices d’une longue carrière professionnelle ?

Un choix déterminant

Titulaire d’un bac S, Mélanie se prédestinait aux métiers de la santé. Elle se rêvait pharmacienne. Mais les nombreuses notions à apprendre par cœur l’ont vite fait déchanter. Alors, elle se réoriente en droit malgré les avertissements de son entourage.

« Il y avait, certes, une part d’apprentissage par cœur mais ce sont surtout des notions qui permettent de comprendre tout notre environnement. J’ai aimé ça dès que j’ai commencé les cours, soutient-elle. Par la suite, j’ai remarqué que le droit permettait de s’ouvrir à beaucoup de domaines et d’avoir une culture générale assez étendue. »

Après avoir obtenu sa licence à l’Université de Toulon (UTLN), l’étudiante effectue son master 1 à Rennes puis son master 2 en droit des établissements publics à Montpellier. Son diplôme en poche, elle souhaite s’offrir le plus de chance possible pour intégrer le marché du travail et s’oriente vers un second master, en droit des établissements privés. C’est à ce moment qu’elle découvre que l’UTLN propose cette formation. Dispensée sur 6 mois, elle propose des modules de droit de la santé, des établissements sociaux et médico-sociaux mais également de la gestion. Si la charge de travail peut sembler moindre que les années précédentes, le travail personnel y est en revanche plus important. Il faut également effectuer un stage. Pour Mélanie, ce sera l’EHPAD de La Valette.

« J’ai préféré un stage long pour avoir une meilleure expérience. Si j’ai un conseil a donné à tous ceux qui suivent ce master, c’est de vraiment faire attention à son choix de stage et de s’y impliquer car des opportunités peuvent en découler. Pour ma part, la directrice de l’EHPAD m’a aidé à trouver du travail en effectuant des remplacements dans plusieurs établissements, assure-t-elle. Le master nous met également en contact avec des professionnels de différents horizons qui peuvent également jouer dans notre orientation. Ils permettent souvent de rendre l’enseignement plus pratique en nous transmettant des anecdotes sur leur travail. »

Au cours de sa formation, Mélanie a également réalisé deux stages au CHITS au sein de la Direction des affaires médicales. Une équipe qu’elle a depuis rejoint, en février.

« Aujourd’hui, je gère la carrière d’environ 70 médecins de tous statuts. Gestion, congés, formation, recrutement… C’est du travail RH assez varié. Ensuite d’autres missions m’ont été confié notamment l’intérim. Mon ambition est de pouvoir évoluer dans quelques années, par le biais de concours. Mais pour le moment, je travail en étroite collaboration avec l’adjointe des cadres qui me forme sur ces domaines. »



Université de Toulon - http://www.univ-tln.fr/Melanie-Cheron-la-sante-dans-le-droit-chemin.html - comweb@univ-tln.fr