Logo SeaTech

Soutenance de thèse de Cécile PESCHOUD - Laboratoire LSIS



Le Bureau des Études Doctorales a le plaisir de vous informer que

Madame Cécile PESCHOUD

Doctorante au laboratoire LSIS, rattaché à l’école doctorale 548 « Mer et Sciences »,
sous la direction de Madame Audrey MINGHELLI, Maître de Conférences-HDR, Université de Toulon (France) soutiendra publiquement sa thèse préparée en vue de l’obtention du doctorat Automatique, Signal, Productique, Robotique, sur le thème suivant :

« Etude de la complémentarité et de la fusion des images qui seront fournies par les futurs capteurs satellitaires OLCI/Sentinel 3 et FCI/Meteosat Troisième Génération »

Le lundi 17 octobre 2016 à 14h00,

à l’Université de Toulon, - Campus de la Garde – Bâtiment M – Amphi 01

devant un jury composé de :

Résumé :

L’objectif de cette thèse était de proposer, valider et comparer des méthodes de fusion d’images provenant d’un capteur héliosynchrone multispectral et d’un capteur géostationnaire multispectral, pour produire des cartes de composition de l’eau détaillées spatialement et les mieux rafraîchies possibles. Notre méthodologie a été appliquée au capteur héliosynchrone OLCI sur Sentinel-3 et au capteur géostationnaire FCI sur Météosat Troisième Génération. Dans un premier temps, la sensibilité des deux capteurs à la couleur de l’eau a été analysée. Les images des capteurs OLCI et FCI n’étant pas encore disponibles, ont donc été simulées sur le Golfe du Lion, grâce à des cartes d’hydrosols (chlorophylle, matières en suspension et matières organiques dissoutes) et à des modèles de transfert radiatifs (Hydrolight et Modtran). Deux méthodes de fusion ont ensuite été adaptées puis testées à partir des images simulées : la méthode SSTF (Spatial, Spectral, Temporal Fusion) inspirée de la fusion de (Vanhellemont et al., 2014) et la méthode STARFM (Spatial Temporal Adaptative Reflectance Fusion Model) de (Gao et al., 2006). Les résultats de fusion ont alors été validés avec des images de référence simulées et les cartes d’hydrosols estimées à partir de ces images ont été comparées aux cartes utilisées en entrée des simulations. Pour améliorer le SNR des images FCI, un filtrage temporel a été proposé. Enfin, comme le but est d’obtenir des indicateurs de qualité de l’eau, nous avons testé les méthodes de fusion sur les cartes d’hydrosols estimées à partir des images FCI et OLCI simulées.

Mot clés : Analyse de sensibilité, Simulation Images, Hydrosols, Fusion, Zones côtières.



Université de Toulon - http://www.univ-tln.fr/Soutenance-de-these-de-Cecile-PESCHOUD-Laboratoire-LSIS.html - comweb@univ-tln.fr