Logo SeaTech

Soutenance de thèse de Gwendoline ARNAUD - Laboratoire MIO



Le Bureau des Études Doctorales a le plaisir de vous informer que

Madame Gwendoline ARNAUD

Doctorante au Laboratoire M.I.O. rattaché à l’école doctorale 548 « Mer et Sciences », sous la direction de Monsieur Vincent REY, Professeur des Universités, Université de Toulon (83) soutiendra publiquement sa thèse en vue de l’obtention du doctorat Physique, sur le thème suivant :

« Houle à la côte : Propagation, impacts et ouvrages innovants »

Le jeudi 03 novembre 2016 à 14h00,

à l’Université de Toulon, Campus de La Garde, Bâtiment M – Amphi M

devant un jury composé de :

Résumé

L’objectif de ces travaux de thèse visait une meilleure compréhension et représentation de la propagation de la houle à travers les milieux poreux afin de proposer une nouvelle caractérisation des ouvrages de défense du littoral. L’influence du paramètre de surface spécifique des milieux poreux (surface de contact fluide-solide), à porosité constante, est mise en évidence sur des écoulements permanents et oscillants forcés par la houle à l’aide de séries d’expériences réalisées en canal et bassin d’essai. Les données expérimentales obtenues sont comparées à des modèles théoriques basés sur la théorie potentielle des ondes et résolus à travers des méthodes intégrales de raccordement des potentiels aux frontières entre domaines.

Les processus de réflexion, transmission et dissipation sont étudiés dans le cas bidimensionnel, les processus de réflexion, réfraction-diffraction et dissipation de la houle sont étudiés dans le cas tridimensionnel. Des phénomènes d’interférence des ondes sont mis en évidence en observant le caractère oscillant du coefficient de réflexion en fonction de la fréquence de la houle dans le cas 2D. A ce processus d’interférences dans la direction de propagation de la houle dans le cas 2D s’ajoute, dans le cas 3D, un phénomène d’interférences dans la direction transversale à la direction de propagation de la houle. Un comportement linéaire ou quadratique du taux de dissipation de l’onde à l’intérieur du milieu poreux est observé. Le rôle de la surface spécifique dans la dissipation de l’énergie de l’onde à travers le milieu poreux est mis en évidence. Les régimes d’écoulement et les effets d’échelle sont également discutés.



Université de Toulon - http://www.univ-tln.fr/Soutenance-de-these-de-Gwendoline-ARNAUD-Laboratoire-MIO.html - comweb@univ-tln.fr