Logo SeaTech

[CP] Enjeux scientifiques et sociaux de l’éolien en Méditerranée



Alors que l’État soutient le développement des énergies renouvelables, l’installation d’éoliennes flottantes peine à émerger. Des chercheurs de l’Université de Toulon tentent de décrypter les verrous scientifiques, économiques et sociétaux, notamment en région PACA.

Lors de la COP23, Emmanuel Macron a réaffirmé la nécessité pour la France « d’accélérer la transition énergétique avec l’obsession de réduire nos émissions de gaz à effet de serre ». Une volonté qui passera notamment par le développement de nouvelles technologies des énergies renouvelables comme les éoliennes offshore flottantes. Dans ce domaine, la région PACA revendique une place de leader dans une stratégie de recherche et d’innovation étatique établie depuis 2009.
Malgré cette volonté affichée, l’attribution de permis d’installation par l’État à différents consortiums, la première éolienne en mer, expérimentale, n’a été positionnée qu’au mois d’octobre dernier au large de Saint-Nazaire. Relançant une question : pourquoi est-ce si long ?

L’Université de Toulon, à travers son pôle de recherche transverse, Mer Environnement Développement Durable (MEDD), soutient depuis 2017 un projet de recherche autour des verrous scientifiques, économiques et sociétaux identifiés dans le secteur de l’éolien offshore flottant.
Avec le soutien du Pôle de compétitivité Mer Méditerranée, ses enseignants-chercheurs organisent, jeudi 23 novembre, sur le campus de Toulon - Porte d’Italie, un premier colloque autour des enjeux scientifiques et sociaux de l’éolien en Méditerranée.

L’Axe MEDD regroupe des laboratoires ayant une expertise dans les domaines de la modélisation de l’environnement marin, de la modélisation numérique des structures en mer, du contrôle commande, du comportement des matériaux en ambiance marine et de l’étude et la protection environnementale de l’espace côtier. Au-delà des verrous technologiques, les projets d’installation d’éoliennes flottantes se heurtent également à de nombreux conflits d’usages, étudiés par les laboratoires des Sciences humaines de l’Axe MEDD.

À l’horizon 2020, l’État a fixé comme objectif dans la loi sur la transition énergétique et écologique une puissance de 6 GW d’électricité fournie par cette technologie sur les façades méditerranéenne et atlantique. Soit 500 à 800 éoliennes pour environ 10Mds d’euros.

Enjeux scientifiques et sociaux de l’éolien en Méditerranée
Jeudi 23 novembre 2017
Amphi 150 – Bâtiment PI – campus de Toulon Porte d’Italie



Université de Toulon - http://www.univ-tln.fr/CP-Enjeux-scientifiques-et-sociaux-de-l-eolien-en-Mediterranee.html - comweb@univ-tln.fr