Logo SeaTech

(Re)découvrir l’histoire de la physique



Thalès, Copernic, Newton, Poincaré…. Avec Les Grandes découvertes de l’histoire de la physique, Jean-Marc Ginoux, enseignant-chercheur à l’Université de Toulon, replace ses lecteurs dans les conditions de connaissances pour mieux comprendre comment quelques-uns des plus grands savants ont résolu d’insolubles problèmes.

Nous sommes sous le règne du pharaon Amasis (571 à 526 av J.-C.). Devant Thalès de Milet se dresse la pyramide de Khéops dont il essaie de déterminer la hauteur exacte. Aujourd’hui, nous appliquerions machinalement le théorème de Pythagore. Cette simple formule apprise au cours des années collège, qui nous a permis de noircir et raturer d’innombrables feuilles de calcul. Une simple formule – a2 + b2 = c2 – qui irrigue encore la science contemporaine. Sans elle, Einstein n’aurait jamais pu mettre en évidence la théorie de la relativité restreinte.

Alors, pourquoi Thalès ne se sert-il pas de ce fondement de la physique ?

Tout simplement parce que Pythagore n’était pas encore né à cette époque !

Avec son nouvel ouvrage, Les grandes découvertes de l’histoire de la physique… et leurs démonstrations en 128 exercices, Jean-Marc Ginoux, Maître de conférences (Dr en Mathématiques appliqués et Dr en Histoire des sciences) à l’Université de Toulon, nous invite à plonger dans la tête de quelques-uns des physiciens les plus marquant de l’histoire pour comprendre comment, avec les moyens mis à leurs dispositions à l’époque, ils ont pu résoudre d’insolubles problèmes. Et ainsi révolutionner la Science.

« J’ai dû faire des choix. Douze savants pour chacune des quatre périodes : Antiquité, Moyen-Age, physique moderne et physique contemporaine, regrette-t-il. J’ai néanmoins suivi un fil conducteur de façon à ce que chaque découverte de l’un, qu’elle confirme une théorie ou au contraire vienne l’invalider, entraîne la découverte de l’autre. Comme un passage de relais. »

On y (re)découvre, notamment, différentes méthodes de calcul des dimensions de la Terre et de la Lune énoncées par Aristarque qui lui ont permis d’élaborer une vision héliocentrique de notre monde, le problème du glaçon d’Archimède, les études de la date de Pâques de Bède le Vénérable ou encore le miroir tournant qui permit à Foucault de calculer la vitesse de la lumière. Subdivisé en de courts chapitres, le livre se dévore ou se picore au grès de la faim et des envies, dans l’ordre que l’on souhaite. Les plus affamés de sciences dures se délecteront des démonstrations reproduites dans leur intégralité quand les amateurs consulteront directement la solution.

Des chiffres et des lettres

Chaque savant est également accompagné d’une biographie, et pour certains de reproductions de textes et correspondances d’époque, qui nous les rendent plus humains et plus proches. On prend davantage la mesure de l’importance de ces découvertes fondamentales, de leur poids dans l’histoire de la physique.

« Je revois encore mon père me raconter comment Augustin Fresnel, à qui l’on avait refusé l’entrée à Polytechnique parce qu’il était trop jeune, a mis en évidence des interférences lumineuses en posant une goutte de miel sur la fente d’un volet. C’étaient les seuls outils scientifiques à sa disposition dans sa Normandie natale. C’est pourtant ainsi qu’il remit en cause la théorie corpusculaire de Newton, largement répandue à l’époque. Et à raison », se remémore Jean-Marc Ginoux.

On s’amuse de voir avec quelle légèreté certaines avancées infusent notre quotidien - Tartaglia n’aurait probablement jamais imaginé qu’en découvrant qu’un angle de 45° garantit la portée maximum d’un projectile, certains joueurs de rugby sont devenus de savants convertisseurs d’essais – autant que l’on soupèse davantage les fortes oppositions que certains comme Galilée ont pu rencontrer face à une minorité dogmatique peu décidée à voir ses acquis remis en cause. Ainsi de Thalès de Milet à la découverte de la théorie du chaos par Henri Poincaré en passant par la célèbre anecdote des jumeaux de Langevin illustrant la théorie de la relativité d’Einstein, toutes ces figures tutélaires de la science forceront sans aucune difficulté l’admiration et le respect devant les vingt-cinq siècles de Physique racontés par Jean-Marc Ginoux.



Université de Toulon - http://www.univ-tln.fr/Re-decouvrir-l-histoire-de-la-physique.html - comweb@univ-tln.fr