Logo SeaTech

Projet EAGL : quatre étudiants défient l’Atlantique lors d’un périple humanitaire



En septembre, un élève de SeaTech et trois de ses amis mettront les voiles à bord d’un Oéanis Clipper 393 de 12 mètres, depuis Toulon en direction du Sénégal puis Haïti. Une traversée de l’Atlantique avec, pour horizon, l’installation d’équipements électriques et la distribution de fournitures scolaires.

MAJ : A la suite des récents évènements politiques qui ont secoué Haïti, les étudiants ont dû changer de cap pour rejoindre la Jamaïque où ils collaboreront avec l’ONG Projects Abroad autour de l’aide à l’enfance

La première étape du projet Énergie Au Grand Large (EAGL) conduira Jeanne, Domitille, Pierre-Alexis et Jean-Baptiste – respectivement infirmière et élèves ingénieurs à Centrale Marseille, Centrale Lyon et SeaTech - au Sénégal, à 180 km au sud de Dakar. Située à l’embouchure d’un fleuve, la région du Siné Saloum est encore peu raccordée au réseau électrique national, isolant ainsi la population du reste du pays. Avec l’aide des associations Voiles Sans Frontières (VSF) et Électriciens Sans Frontières (ESF), l’équipage EAGL mettra ses compétences d’ingénieurs dans l’installation de panneaux photovoltaïques afin d’électrifier un logement communautaire d’instituteurs dans le village de Siwo. Du dimensionnement de l’installation au montage sur place en passant par la recherche des fournisseurs, ils réaliseront intégralement ce projet avec l’objectif de pérenniser la mission en y associant les acteurs locaux.

« Dans le monde, aujourd’hui, près d’un milliard d’êtres humains n’ont pas accès à l’électricité. Pourtant, l’accès à l’énergie est un vecteur de développement important pour les populations défavorisées. Sans électricité, les services essentiels comme la santé ou les écoles sont fortement limités », s’alarment les quatre amis.

Contre vents et marées

Viendra ensuite le moment de la grande traversée : la transatlantique. Trois semaines dans le sens est-ouest, un bon mois dans le sens ouest-est, et 12 000 milles (21 600 km) à avaler au total. Un véritable défi sportif et humain qui permettra à la team EAGL de rejoindre les Antilles pour, notamment, venir en aide à un orphelinat situé sur une île haïtienne en convoyant du matériel depuis la Guadeloupe et la mise en place d’échanges scolaires entre des écoles françaises et antillaises en partenariat avec l’association L’Île aux Enfants d’Haïti. Un cinquième coéquipier les rejoindra sur place pour leur prêter main forte.

« Nous avons hâte de vivre cette expérience. À la fois l’idée de rencontrer d’autres cultures nous motive particulièrement, mais aussi voir comment le monde est, comment il est vu ailleurs et découvrir la nature à travers l’océan et les régions du monde que nous allons traverser. Partir pour un projet de cette envergure, c’est aussi se confronter à soi et à ses limites. Nous ne partirions pas ensemble évidemment si nous ne nous entendions pas très bien, cependant nous ne sommes pas naïfs. La vie en équipage sera la clé de voûte de notre aventure », s’enthousiasme Jean-Baptiste Montagne. « Pour une bonne vie en équipage, il faut savoir communiquer, dire les choses, faire preuve de bienveillance et de confiance. L’important c’est d’être vrai et toujours au clair entre nous. Nous aimons passer du temps ensemble, nous allons être servi ! Et notre amitié sera notre force pour contrer les épreuves et tensions qu’il peut y avoir à 4 dans un si petit espace. »

Si Jeanne, Domitille et Pierre-Alexis seront diplômés au moment du départ, l’élève ingénieur de SeaTech profitera de son côté d’une année de césure durant son cursus en Génie maritime. Une période de pause autorisée pendant la scolarité qui permet de développer un projet personnel et des compétences en adéquation avec les études : ici un aspect technique, un aspect scientifique et de la gestion de projet, indispensables au métier d’ingénieur.

Tout au long du périple, l’équipage Énergie Au Grand Large collectera également des mesures et des données au profit des enseignants-chercheurs de l’Institut Méditerranéen d’Océanographie (MIO) de l’Université de Toulon afin de participer à une meilleure connaissance des phénomènes environnementaux liés à la mer.

Relever ces défis demande néanmoins un investissement, les quatre étudiants ont besoin de lever 65 000 € de fonds dont la moitié est dévolue aux missions humanitaires au Sénégal et en Haïti. Le reste sera consacré à la préparation du voilier (accastillage, installation de panneaux solaires, matériel hauturier…) et à l’équipement de navigation. Une opération de sponsoring auprès des entreprises ainsi qu’une campagne de crowdfunding ouverte au grand public sont désormais lancées.

Pour les soutenir, c’est ici : energieaugrandlarge gmail.com
https://www.energieaugrandlarge.fr/

Énergie Au Grand Large est également sur les réseaux :
Facebook : https://www.facebook.com/EaglEnergie
Instagram : https://www.instagram.com/energieagl/?hl=fr
LinkedIn : https://www.linkedin.com/company/%C3%A9nergie-au-grand-large/

Et voici le lien de la campagne de crowdfunding pour soutenir financièrement le projet :
https://www.helloasso.com/associations/energie-au-grand-large/collectes/energie-au-grand-large?fbclid=IwAR1xjQQI9nayD6FuRrAkc_UFo4WZgwtGLUtQyXfNWxVBmAfxXhmAEpqe0gw

© Luc Boutria, Var-matin



Université de Toulon - https://www.univ-tln.fr/Projet-EAGL-quatre-etudiants-defient-l-Atlantique-lors-d-un-periple.html - comweb@univ-tln.fr