4L Trophy : lier humanitaire et aventure

Du 13 au 23 février, sept équipes de l’IUT et de SeaTech ont participé à l’édition 2014 du 4L Trophy, rallye étudiant. Charlotte Gourlaouen et Delphine Gall faisaient partie de l’aventure.
Retour sur leur expérience.

Un mois et demi après leur retour, Charlotte et Delphine ont encore les yeux qui pétillent lorsqu’elles évoquent le 4L Trophy. Très investies dans la vie étudiante, ces élèves en 2e année à l’école d’ingénieurs SeaTech ont été séduites par leurs prédécesseurs : « Ils ont fait une super pub, ça nous a donné envie d’y aller », se souvient Delphine. Avec un goût certain pour l’aventure, il n’en a pas fallu plus pour convaincre les deux amies de participer à ce raid automobile humanitaire. Le 13 février, elles ont rejoint près de 1 300 équipages à Saint-Jean-de-Luz pour sillonner la France, l’Espagne et le Maroc.

Soutien de SeaTech et de l’université

Delphine et Charlotte se sont mobilisées pendant un an pour réaliser leur rêve :

« On a passé pas mal de temps à faire du porte à porte, à la recherche de sponsors », explique Charlotte.

En effet, participer au 4L Trophy représente un coût d’environ 8 000 € (dont 3 200 € d’inscription) : « On dit souvent qu’un kilomètre dans le désert représente un euro… On en a fait plus de 7 000 ! ».
Outre l’apport d’une dizaine de sponsors, la générosité des amis et de la famille, les jeunes femmes ont bénéficié du soutien de l’université à hauteur de 1 200 € via le Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Étudiantes et de SeaTech, qui leur a versé une aide de 600 €.

« Nous avons vraiment eu le sentiment d’être soutenues, l’école a excusé nos absences en cours, le temps du rallye. Et toute la classe nous a aidées ! », insiste Delphine


Après avoir trouvé la 4L idéale à Solliès-Toucas, surnommée « Choupi », et lui avoir refait une beauté, elles quittent l’université le 13 février dernier, aux côtés de quatre autres équipages. Direction Saint-Jean-de-Luz pour le départ.

Boussole et mécanique

Une traversée de l’Espagne et de la Méditerranée plus tard, le convoi est accueilli pour une soirée de concerts et d’échanges interculturels à l’Université Internationale de Rabat. « L’occasion aussi de prendre une dernière douche avant le désert », ironise Delphine.
Vient alors le temps du bivouac et du « bac à sable », avec une boussole et un carnet de route en guise de GPS.

« Nous avons fait de la luge dans les montagnes de l’Atlas, alors que 15 minutes avant, on voyait des singes dans la forêt. Le soir, on était dans les dunes : en une heure, nous avons eu l’impression de faire trois pays ! », résume Charlotte. « Pendant cinq jours, nous avons sillonné le désert. Nous sommes parfois tombées en panne. Mais on est revenues calées en mécanique ! »

Le 4 L Trophy a également une dimension humanitaire. Grâce à la mobilisation du collège Cousteau et de l’école élémentaire Maurice Delplace de La Garde, les étudiantes ont récolté des fournitures scolaires à destination des enfants marocains. « Participer dans ce cadre apporte un ressenti différent de notre expérience, constate Charlotte. Ça donne envie de s’investir dans une association. »

Le rallye s’est terminé à Marrakech, sous une haie d’honneur. Delphine et Charlotte sont arrivées 1 100e au classement. Elles viennent de mettre leur compagnon de route à vendre sur internet : « Ça nous fait mal au cœur, mais on espère que Choupi refera le 4L Trophy l’année prochaine. Elle est déjà prête à repartir ! »