Coupe de robotique des IUT GEII : Toulon fait le doublé

Vainqueur l’année dernière, le département toulonnais a de nouveau remporté la coupe de robotique des IUT GEII. Une victoire qui confirme les qualités de l’enseignement varois.

Les cernes noires et la fatigue n’auront pas réussi à éteindre l’euphorie de l’équipe toulonnaise. Au terme d’une compétition intense, les étudiants de 2e année du département Génie Électrique et Informatique Industrielle (GEII) ont conservé leur titre de champion de France de robotique.

« La finale était magnifique », déclare Valentin Giès, maître de conférence à l’IUT GEII et encadrant de l’équipe.

Magnifique parce que la victoire s’est jouée à pas grand chose. Un point, pas plus.

Événement fédérateur autour de la robotique

Initialement organisée à Vierzon depuis 2002, la coupe se tenait cette année à Cachan, du 4 au 6 juin. Durant trois jours, une cinquantaine d’équipes représentant 100 à 130 étudiants se sont affrontées autour de robots placés aux quatre coins d’un terrain de 8 x 8m qu’ils doivent traverser le plus rapidement possible en évitant obstacles et adversaires.

« L’enjeu, c’est de savoir repérer une cible et se déplacer dans un environnement aussi évolutif qu’incertain, explique Valentin Giès. L’année dernière, nous avions une balise performante : peu sensible aux perturbations extérieures et capable de fonctionner à 20 mètres ».

Le système, encore amélioré, réalise désormais des calculs de position par triangulation angulaire. Mais la force du robot toulonnais, c’est son système de planification de trajectoire équipé d’un télémètre laser à balayage tournant.

« On est venus avec du matériel de pointe alors que d’autres IUT n’ont que 200€ d’équipement, a constaté Arthur Coscolla, capitaine de l’équipe. On a beaucoup de chance d’étudier dans une université qui s’investisse autant ».


Mais l’équipement seul est insuffisant pour remporter la coupe. D’autres, plus fortunés, n’ont pas passé les qualifications.

En photo : Arthur Coscolla, capitaine de l’équipe, Laura Martinez, Florian Bottou, Maeva Le Glouannec, Camille Corbier

Tourner dans le vide

Avec 22 secondes au compteur, Tétris le robot champion 2014, était le plus rapide de tous. Cette année, Merise traversait la piste en 17 secondes… comme ses adversaires.

« Il y avait peu de différence entre les robots, relève le maître de conférence. On a eu de la chance en finale ».


Dans la quatrième et dernière manche, Merise atteint sa balise le premier. Montpellier, encore en tête du classement pour un point, se met à tourner sur lui-même face à la zone d’arrivée. Une fois. Deux fois. Trois fois… Il ne repartira plus et laisse la victoire à un robot toulonnais plus fiable.

Support pédagogique

Au delà de la compétition, la coupe de robotique des IUT GEII est aussi affaire de reconnaissance. Si la fabrication de robots est la mise en application concrète des compétences techniques enseignées au sein des départements, les victoires transforment les machines en plateformes pédagogiques d’enseignement pour les IUT de France. Durant la compétition, enseignants et élèves en profitent également pour confronter leurs équipements et échanger autour des technologies employées, faire un retour sur expérience des machines utilisées.

« Notre quête perpétuelle, c’est de rester l’un des IUT les mieux équipés et les plus compétitifs de France, rappelle Valentin Giès. Tout au long de l’année que nécessite la création d’un robot, les étudiants manipulent du matériel que l’on trouve dans les centres de R&D d’électronique. Ils acquièrent des connaissances et des compétences réelles dont profitent ensuite les entreprises qui les embauchent ou les prennent en stage. Une participation à la coupe leur permet de travailler sur un projet dans des conditions proches de la réalisation industrielle : à une date prédéfinie, il faut que le produit fonctionne. À la sortie du DUT, une grande partie nos étudiants continuent en écoles d’ingénieurs parmi les meilleures de France. C’est une vraie satisfaction »

Cette nouvelle victoire démontre aujourd’hui la qualité de l’enseignement toulonnais. La notoriété viendra avec le temps et la constance. C’est pourquoi des élèves de première année ont accompagné l’équipe de deuxième année : pour baigner dans l’ambiance, acquérir de l’expérience et préparer la relève. L’année prochaine, Toulon sera attendu au tournant.

Vidéo de la compétition faite par les étudiants