Jonathan Noble : C’est l’heure du Tweet !

À 15 ans, Jonathan Noble crée ClockTweets. Une application parmi les plus prisées de Twitter. Aujourd’hui âgé de 20 ans, ce Major de promotion de l’IUT Métiers du Multimédia et de l’Internet en fait une start-up d’avenir.

Les interviews et portraits dans les magazines spécialisés ou généralistes – L’Express, Maddyness et Elle dernièrement – ont beau se succéder depuis cinq ans, lui ne semble pas changer. Jonathan Noble est un jeune homme posé, qui avance lentement mais sûrement sur le chemin de l’entrepreneuriat.

l y a cinq ans, il a créé une application Twitter permettant de programmer l’heure de diffusion de nos précieux 140 caractères. ClockTweets permet de garder « spontanément » le contact avec sa communauté tout en profitant du temps pour faire autre chose. Sortir, voir ses amis, faire du sport, s’occuper de sa famille ou dormir par exemple.
Aujourd’hui, l’application a programmé plus de 2 millions de tweets et compte 23 000 utilisateurs, parmi lesquels de grands noms : TF1, France télévisions, NRJ, Norman, Stéphane Bern, l’Humanité ou France bleu pour ne citer qu’eux.

Une pépite toulonnaise

S’il a longtemps œuvré seul, ce major de promotion du département Métiers du Multimédia et de l’Internet (MMI) de l’IUT de Toulon a ressenti le besoin d’être accompagné dans la croissance de son projet. En septembre 2014, Jonathan s’est associé à Thibaud Spieser, un ami informaticien, ancien élève de l’UFR Sciences et Techniques de l’Université de Toulon (UTLN). Ensemble, ils décident d’intégrer le programme PEPITE Cre@tude PACA-Est pour bénéficier des conseils de professionnels dans leur démarche de création d’entreprise. ClockTweets est finalement présentée au concours annuel PEPITE et récompensée en avril dernier. Jonathan et Thibaud disposent aujourd’hui de locaux dans l’espace de co-working du réseau toulonnais 43.117 et d’une inscription à l’Union patronale du Var. Depuis, ils ont également intégré l’Accélérateur by TVT où ils sont couvés par un acteur essentiel du secteur du numérique toulonnais. Ils y suivent notamment des ateliers autour des notions juridiques, financières et montage de business model.

« Nous sommes bien écoutés, nous faisons tout ensemble, témoigne-t-il. Cela nous apporte aussi de la visibilité locale ».

Ravalement de façade

Depuis la mi-décembre, ClockTweets est finalement devenue une start-up dont Jonathan va devoir trouver le bon modèle économique pour perdurer. Si elle reste gratuite, l’application a subi un lifting : la nouvelle interface est plus dynamique, colorée et désormais utilisable sur tous les supports (ordinateurs, tablettes ou smartphones). La plateforme inclut également le partage de photos et de vidéos. Une fonctionnalité unique en France.

« La nouvelle ergonomie vient un peu des cours que j’ai suivi à MMI, précise-t-il. Chaque fois que j’ai discuté de mon projet avec les enseignants, j’ai reçu un conseil. MMI m’a permis de constituer un réseau en entrant en contact avec des intervenants vacataires qui ont de l’expérience. Ils ont eux aussi créé des sociétés et commis des erreurs ».

Deux plans payants ont également vu le jour, plutôt destinés aux professionnels : community managers, TPE/PME, blogueurs, agences et autres grands groupes. Parmi les nouvelles fonctionnalités, le multi-comptes permettra de gérer, seul, entre 5 et 15 comptes sans avoir à se déconnecter pour basculer de l’un vers l’autre. Il sera aussi possible de Tweeter jusqu’à 4 photos et de programmer des Tweets par lots. Début février, la programmation de retweets fera son apparition permettant des interactions entre comptes et de toucher une plus large communauté.

Jonathan Noble s’est installé dans le paysage numérique français. Au point de co-organiser le dernier Startup Weekend Toulon et d’être désigné « lead-organizer » de la prochaine édition de cette grand-messe qui réunie les jeunes aux grandes idées, chefs de projets, experts en marketing, comptables et autres juristes pour créer ensemble une start-up en 54h.

Comme quoi, on peut concilier études et entrepreneuriat avec succès. Et Participer à la révolution numérique toulonnaise.