Seatech remporte la 34e édition de la Spi Dauphine

Engagées sur la 34e édition de la Spi Dauphine, les deux équipes de l’école d’ingénieurs Seatech se sont hissées aux deux premières places. Les élèves de première année s’offrant le luxe de devancer leurs aînés au classement.

Créée par l’association étudiante Spi Dauphine de l’Université Paris-Dauphine, la régate éponyme est le plus grand rassemblement étudiant dans le Sud de la France.
Pendant sept jours, près de 400 participants s’affrontent sur la belle Mare Nostrum, faisant étape dans trois ports différents. Pour la 34e édition, organisée du 18 au 25 avril, la Spi Dauphine a mis cap à l’Est : l’île du Frioul, La Seyne-sur-Mer et Six-Fours.
Une course « à domicile » pour les toulonnais mais pas de quoi favoriser les deux équipages de l’école d’ingénieurs Seatech qui ont pourtant remporté l’épreuve. L’équipage composé d’élèves de première année devançant au classement leurs aînés. « On eu de très bons professeurs », plaisante Tiffany Aurat devant un Jean-Baptiste Lespagnol, régatier de deuxième année à la moue boudeuse. Prévu au calendrier des épreuves, le tour de Porquerolles n’a pas pu se dérouler faute de vents suffisamment forts. Dommage, les jeunes marins auraient côtoyé les plus grands navigateurs actuels à la lutte au large de Hyères lors d’une étape de la coupe du monde à la voile organisée au même moment.

Aventure humaine

Si le challenge Spi Dauphine est une compétition sportive, il n’en demeure pas moins une aventure humaine. Chaque soir, les équipages se sont retrouvés à quai pour partager un moment convivial autour d’un repas, se remémorer les temps forts et tisser des liens avec les concurrents. C’est aussi l’occasion, pour les futurs ingénieurs de Seatech, de rencontrer les cadres d’entreprises partenaires de l’événement. Nouer des contacts pour leur prochaine entrée dans le monde entrepreneurial ou trouver des sponsors en vue de la prochaine édition de la Spi Dauphine.

Régater sur la Méditerranée a un coût : entre la location des bateaux, l’engagement d’un skipper, les frais d’inscriptions, de déplacement, de bouches et autres frais annexes, leur participation s’est élevée à près de 9000€.
Pour couvrir les frais, les étudiants de Seatech ont pu compter sur le soutien de l’Université de Toulon qui a subventionné leur projet à 50%, via le Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Etudiantes (FSDIE). L’école d’ingénieurs a également versé une part substantielle. De quoi partir à l’abordage du Frioul.

Album photos

Crédits photos : Etudiants SeaTech