Logo SeaTech

14es journées scientifiques



Les 26 et 27 avril 2022 se dérouleront les 14es Journées Scientifiques de l’Université de Toulon, au palais Neptune de Toulon.

Huit manifestations permettront de couvrir un large spectre des champs disciplinaires proposés à l’Université, regroupées autour de son axe identitaire Sociétés Méditerranéennes et Sciences de la Mer, et de ses trois pôles thématiques : Échanges et Sociétés en Méditerranée (ESMED), Mer, Environnement et Développement Durable (MEDD) et Information, Numérique, Prévention, Santé (INPS). Elles réuniront des intervenants, venus de la France entière et de l’international.

Cette année est marquée par une nouveauté : la présentation de l’ensemble des laboratoires de recherche et plateformes scientifiques à travers une exposition de stands.

Une conférence grand public sera également proposée le mardi 26 avril à 18h30 sur le thème « Puits de science » présentée par Jean-Marc Levy-Leblond, physicien, philosophe des sciences et essayiste.

D’autres conférences sont ouvertes au grand public, consultez le programme par jour ci-dessous.

Les Journées Scientifiques de l’Université de Toulon poursuivent depuis leur origine en 2006, deux objectifs : rendre visible et lisible la recherche transdisciplinaire de l’Université de Toulon, et favoriser les échanges entre chercheurs, étudiants et acteurs socio-économiques. Elles favorisent la reconnaissance de la qualité de notre enseignement académique, de l’insertion socioprofessionnelle de nos usagers et le développement des coopérations entre industriels et chercheurs de notre région et internationaux.

Elles sont réalisées avec le concours de la Métropole Toulon-Provence-Méditerranée, du département du Var et de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Consultez le programme par journée

Mardi 26 avril 2022
Conférence « Puits de science »
Auditorium Vauban à 18h30
Conférence ouverte au grand public
par Jean-Marc Levy-Leblond, physicien, philosophe des sciences et essayiste

L’image populaire des scientifiques fait l’objet de multiples clichés dont l’un des plus répandus est celui du « savant distrait ». Nombreux en sont les exemples dans la culture ambiante. La BD nous offre ainsi les personnages du savant Cosinus, du professeur Tournesol (Tintin), du comte de Champignac (Spirou). Le cinéma et la télévision ont abondamment exploité ce mythe, que l’on trouve déjà chez Jules Verne avec Jacques Paganel dans Les Enfants du capitaine Grant – entre autres. Et nombreuses sont les anecdotes, plus ou moins fondées et souvent apocryphes, illustrant la distraction de scientifiques célèbres, dont Einstein au premier chef, mais aussi, au XIXe siècle, Ampère (qui, dit-on, inspira à Christophe le personnage de Cosinus). La signification de ce poncif est évidemment l’affirmation d’une coupure radicale entre le monde ésotérique de la science et le monde profane dans lequel, en contrepartie de sa compétence propre, le savant ferait montre d’une inadaptation et d’une naïveté permettant au bon peuple de prendre en riant sa revanche sur un intimidant et inaccessible savoir. La forme canonique des anecdotes illustrant la distraction savante est fournie par l’historiette de l’astronome qui, les yeux fixés au ciel, autrement dit dans la Lune, tombe dans un puits qu’il n’a pas vu. On explorera la longue histoire de ce topos et ses nombreuses illustrations picturales.

Mercredi 27 avril 2022


Université de Toulon - https://www.univ-tln.fr/14es-journees-scientifiques.html - comweb@univ-tln.fr