Ingénieure de recherche : une vision globale du laboratoire

Marlène Lejars est ingénieure de recherche au laboratoire MAPIEM. Une profession qui lui permet de mettre son expertise au service de la structure et d’aborder au quotidien de nombreux aspects liés à la recherche.

Passion. C’est le terme qui qualifie le mieux le rapport que Marlène Lejars entretient avec la chimie. Alors qu’elle n’est encore que lycéenne, elle participe au concours national « Les olympiades de la chimie » : une révélation, qui lui vaut de recevoir le premier prix à Bordeaux. Elle intègre ensuite l’École Nationale Supérieure de Chimie, de Biologie et de Physique de Bordeaux, dont elle sort diplômée en 2009.

La jeune ingénieure fait alors le choix de la recherche dans sa discipline de prédilection et réalise sa thèse au laboratoire Matériaux Polymères Interfaces Environnement Marin (MAPIEM), sur les peintures antisalissures marines. Un travail de recherche dirigé par André Margaillan et co-encadré par Christine Bressy, respectivement professeur et maître de conférences à l’UTLN, qui reçoit le soutien financier de la Direction Générale de l’Armement (DGA).

Trois ans plus tard, alors qu’elle n’a pas encore soutenu sa thèse, elle passe le concours d’ingénieur de recherche (IGR) pour un poste au MAPIEM :

« Je pouvais y prétendre, avant même d’avoir ma thèse, car j’avais le diplôme d’ingénieur », explique la jeune femme.


Retenue, elle met au service du laboratoire son expertise en synthèse macromoléculaire.

Projets de recherche et formation par la recherche

« En tant qu’experte au sein du MAPIEM, je participe à l’encadrement de thésards, je forme des étudiants ou des chercheurs invités à l’utilisation des équipements », constate Marlène Lejars.


Elle participe également à des projets de recherche, tel que « DRACONS » mené en partenariat avec la DGA sur les peintures antisalissures marines. Elle assure parfois des actions d’enseignement, en encadrant des travaux pratiques pour les apprentis de SeaTech.
Outre les aspects en lien avec la recherche, Marlène Lejars est responsable de la mise en place d’une démarche qualité au sein du MAPIEM. Gestion des équipements de haute technologie et stockage des produits chimiques, cartographie des activités, développement des outils de communication interne : ces nombreuses missions de maintenance et de support conviennent à celle qui se destinait plutôt aux métiers de l’ingénierie.

« Elles me permettent d’avoir une vision globale du laboratoire, car je suis en contact avec tous ceux qui y travaillent et d’autres services de l’UTLN, comme la Cellule Santé Sécurité Environnement ou le Service Ingénierie des Matériaux », raconte l’ingénieure de recherche.

Distinctions nationale et internationale

Habituée à travailler en toute discrétion, Marlène Lejars a été retenue récemment comme « auteur du mois » par la revue Polymer Chemistry qui fait référence dans le domaine des polymères. Elle sera aussi sous les feux des projecteurs le 20 novembre prochain, à l’École Polytechnique. Elle est en effet l’une des trois lauréats sélectionnés pour le prix de thèse de la DGA parmi 150 thèses financées, soutenues en 2012. Elle recevra son prix des mains de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense. Une grande fierté pour celle qui est aussi, en privé, « compagne de gendarme et fille de militaire ».