I-naval 2021 : partenariats et perspectives pour l’innovation de Défense

Organisé par DGA Techniques navales et l’Université de Toulon, en partenariat avec la Marine nationale, TVT Innovation, la Région Sud et la Métropole TPM, cet événement a mis en lumière une quinzaine d’innovations technologiques du domaine naval de Défense en les intégrant dans un scénario opérationnel réaliste. Plusieurs sociétés présentes proposent des solutions développées en collaboration avec des laboratoires de l’UTLN.

Clin d’œil appuyé à la série Game of Throne, le scénario opérationnel mettait aux prises l’Union Européenne avec l’État de Westeros et son allié dothraki revendiquant la souveraineté des îles de Fer. Les tensions s’accroissent : l’UE décide alors d’assurer une présence militaire et d’y déployer une force aéronavale.
Vie à bord et entraînement, réaction face à un incident cyber, sauvetage en mer, et combat collaboratif naval, c’est à travers ces quatre séquences et pitches qu’ont été présentées les innovations tantôt en réel, tantôt via une projection sur écrans géants.

Parmi les sociétés retenues, plusieurs collaborent directement avec l’Université de Toulon et ses laboratoires de recherche :

CS group : sécurisation de zones maritimes

À l’aide d’une chaîne de traitement d’images 4K, de la mise au point d’un traitement de détection novateur associé à l’intelligence artificielle pour la reconnaissance automatique du navire et, finalement, de fonctionnalités adaptées à la surveillance maritime, la maquette Rapid* DIAMANT offre l’aide nécessaire pour la sécurisation de zones.

Ce projet a été développé en collaboration avec le Laboratoire d’Informatique et Systèmes (LIS) de l’UTLN. Utilisable pour prévenir les collisions ou les attaques de piraterie, Rapid Diamant a été présenté au Président de la République lors du salon Euronaval d’octobre 2018.

https://www.youtube.com/watch?v=DXBbwBKRRWk

CS Group a également travaillé avec le LIS et l’Institut Méditerranéen d’Océanologie (MIO) sur des thèses Cifre** dont l’une était spécifique Défense.

Marine tech : drone de surface semi-autonome

Le RSV est une plate-forme autonome de surface de la catégorie des SV (Unmanned Surface Vehicule). Fonctionnant en mode télé-opéré ou autopiloté, le RSV est équipé de capteurs permettant de réaliser l’acquisition de données en mer. Doté depuis peu d’un drone aérien captif, les données mesurées sont transmises en temps réel au poste de commande, permettant ainsi de réduire le temps d’exposition des hommes aux risques.

Le LIS collabore avec Marine tech sur le projet UHV Manta (Rapid) : Développement et réalisation d’un prototype de drone marin hybride. Ce projet est doté d’autonomie décisionnelle déployant une bulle de communication 4G.

Naval group : système de supervision cyber

Le Cyber Management System (CyMS) est le cœur opérationnel de la stratégie cyber des navires armés. Il récupère tous les évènements des systèmes du navire et des équipements cyber pour proposer à l’équipage des réactions adaptées au contexte opérationnel afin qu’il puisse réagir en toute autonomie face à un incident cyber.

Naval group collabore avec le laboratoire LIS et l’Institut Matériaux Microélectronique Nanosciences de Provence (IM2NP) de l’UTLN sur plusieurs Cifre. Plusieurs prestations ont été commandées par Naval Group à l’IM2NP et un laboratoire commun est en cours de création.

SMAC : barrière acoustique élastomère

Les solutions SMAC proposées dans le cadre de l’Opération i-Naval répondent aux exigences les plus contraignantes en matière de sécurité. Elles représentent le meilleur choix pour le confort des marins de la Marine nationale, en matière de réduction de bruit aérien et structurel, dans les applications aéronautiques, navales et ferroviaires.

L’UTLN et SMAC ont collaboré sur une bourse doctorale Région démarrée en 2016 avec le laboratoire Matériaux Polymères Interfaces Environnement Marin (MAPIEM) sur l’Amélioration de l’adhérence d’assemblages élastomères silicones/métal et de leur durabilité dans des applications aéronautiques et spatiales.

Hytech : bathymétrie aérienne rapide

Au travers du projet CALHYB, Hytech Imaging réalise la maquette d’un système de cartographie détaillée de bathymétrie (science de la mesure des profondeurs et du relief de l’océan pour déterminer la topographie du sol de la mer) et de nature des fonds. Le système s’appuie sur un couplage entre un capteur imageur hyperspectral passif et un profileur laser bathymétrique.

Hytech Imaging et le LIS ont collaboré sur un projet ECLIPSE portant sur l’Étude Couleur du Littoral Pour les SEnseurs d’imagerie spatiale haute résolution signée en 2016 ainsi qu’une prestation Campagne aéroportée hyperspectrales pour le projet HYPFOM en 2017 sur un projet ANR.

À l’occasion du dernier évènement i-Naval, Thierry Carlin, PDG de Marine Tech, diplômé de l’école d’ingénieurs SeaTech de l’Université de Toulon (ex-ISITV), s’est vu remettre le prix régional de l’innovation navale de défense par François de Canson, vice-Président de la Région Sud.

S’appuyant sur un partenariat renforcé entre DGA Techniques navales et l’Université de Toulon établi début 2020 sur les thématiques de la formation et de la recherche, i-Naval est destiné à afficher un état de l’art et à sensibiliser les élus, les autorités civiles et militaires, le monde académique et l’industrie. Il s’inscrit dans une démarche d’innovation engagée par le ministère des Armées via l’Agence de l’innovation de défense (AID). Il bénéficie de la dynamique impulsée par les pôles d’innovation technique initiés par la DGA dans le domaine naval Gimnote (Toulon) et Orion (Bretagne).

*Rapid : Le dispositif RAPID (Régime d’APpui à l’Innovation Duale) est un dispositif de subvention de projets d’innovation duale portés par une entreprise seule ou en consortium financé par la DGA.

**Cifre : Convention Industrielle de Formation par la REcherche, le doctorant est recruté par l’entreprise. Il est inscrit dans l’école doctorale de rattachement du laboratoire. Le doctorant consacre 100% de son temps, partagé entre l’entreprise et le laboratoire académique, à ses travaux de recherche. Il bénéficie d’une double formation académique et professionnelle.